Détection subaquatique

La détection de métaux subaquatique est pratiquée par peu de personnes, et ce, pour plusieurs raisons :
– La plus évidente est que tout le monde n’habite pas près du littoral
– La seconde est qu’elle nécessite du matériel onéreux
– Enfin elle fait toujours peur du fait que l’eau est incompatible avec le matériel électronique !

En premier lieu, nous vous conseillons de lire notre article La détection subaquatique : les règles à respecter.

Il faut aussi savoir que la détection sub-aquatique est différente de la pratique que l’on appelle le beachcombing. En effet, le beachcombing est la pratique de la détection de métaux sur la plage, à l’inverse de la détection sub aquatique qui se pratique sous la surface de la mer. A noter cependant que vous pouvez la pratiquer dans les lacs, les rivières ou tout autre endroit où l’eau est présente, à partir du moment où vous aurez assimilé les quelques notions qui vont suivre.

Nous séparerons ce tutoriel en deux grandes parties, la détection sur la partie immergée de la plage et enfin la prospection que l’on appelle sous-marine et qui nécessitera du matériel de plongée la pluspart du temps (mis à part pour les fonds peu profonds où le snorkeling pourra se pratiquer en parallèle de la détection de métaux).

I – La détection subaquatique depuis le bord de la plage

La première chose importante à savoir est que tous les détecteurs de métaux ne sont pas étanches, même isolés avec du matériel maison, votre poêle à frire risque gros. Comme la pratique n’est pas très répandue, il n’existe que peu de détecteurs sur le marché. En revanche, ils ont le mérite d’exister et sont assez polyvalents pour que l’on puisse s’y intéresser. Dans le cas où vous seriez un as de l’étanchéité, sachez que votre détecteur traditionnel peut fonctionner jusqu’à une profondeur de 50 cm.

La seconde chose extrêmement importante à noter est que sous l’eau les effets de sol sont omni-présents, si vous ne savez pas ce qu’est un effet de sol je vous prie de vous référer à notre lexique de la détection de métaux. Il est donc évident que très peu de détecteurs de loisir traditionnels (type ACE250 etc…) seront capables d’être efficaces dans ces conditions. A moins, bien sûr, de posséder un réglage pour limiter les effets de sol. Sachez que si vous tentez quand même l’expérience, vous risquez de rentrer bredouille. Le détecteur de métaux sonnera alors sur les effets de sol et vous passerez votre journée à creuser pour rien.

Si vous désirez tenter l’expérience et de ce fait acquérir un détecteur capable de prospecter sous l’eau, deux catégories de poêles sont à votre portée. Les détecteurs classiques et les détecteurs à induction pulsée. Si vous désirez en apprendre plus sur les différents types de détecteurs de métaux je vous invite à lire notre article éponyme.

– Les détecteurs dynamiques ou statiques : ce sont les détecteurs classiques avec l’avantage d’être totalement étanches et surtout insensibles aux effets de sol. Ils sont généralement livrés avec un casque étanche et vous permettent de prospecter jusqu’à 60 mètres de profondeur en moyenne. De plus leur prix reste généralement accessible.

– Les détecteurs à induction pulsée. Ils sont la rolls car ne craignent absolument pas les effets de sol. En revanche, leur désavantage le plus évident est qu’ils ne permettent pas la discrimination. Ils détecteront tout et n’importe quoi (hameçons, déchets…). Gardez cependant à l’esprit que les sols marins sont très peu pollués et surtout que ce type de détecteurs de métaux vous permettra de descendre plus profondément, jusqu’à 70 mètres. Ce sont donc des poêles toutes désignées pour la prospection sous-marine.

La détection se pratique généralement entre 15 et 20 mètres de la plages, c’est là que les toursites s’amusent l’été et perdent donc leurs bijoux (bagues, bracelets…).

II – La détection sous-marine ou en grande profondeur

La première chose à garder à l’esprit est que l’océan peut être très dangereux. Ne partez de ce fait jamais prospecter seul, soyez toujours accompagné lors de vos sorties de détection.

Pour pratiquer ce type de détection de loisir il vous faudra bien évidemment un détecteur à induction pulsée, mais surtout tout un équipement de plongée. De plus vous devez déjà avoir une certaine expérience dans ce domaine.

Attention à la faune locale, surtout si vous détectez dans des pays exotiques.

III – Le matériel

– Un détecteur de métaux capable de fonctionner sous l’eau, tel que le détecteur Excalibur Minelab (étanche jusqu’à 60 metres en eau salée) ou bien le Garrett sea hunter, tout aussi performant.
– Pour l’hiver une tenue adéquate pour lutter contre le froid (combinaison…)
– Des chaussures pour vous protéger des vives (bottes, sandales…)
– Un extracteur type « égoutoire » qui vous permettra de pallier à la visibilité que vous n’aurez pas une fois le sable remué. En effet, ses trous laisseront passer l’eau et le sable de façon à ne garder que le bijou ou la monnaie.

Le nettoyage : Il est très important de rincer abondament votre détecteur de métaux à l’eau douce après utilisation.